Absence

Après 4 ans d’absence je retrouve le besoin d’écrire. Les années se sont écoulées, des visages ont défilés. Aujourd’hui mon amour est parti. Comme un oiseau en cage, il à préféré la liberté. Je n’ai pas pu le retenir. Il était cet animal sauvage, que je m’efforçais de garder pour moi. Aujourd’hui il ne reste plus grand chose de moi, un grand vide, une partie de moi et parti avec lui. J’ai cette étrange sensation, que mon esprit est ailleurs, que mon corps ne tient debout que part l’apesanteur. Je vis comme si j’était en apnée, mon souffle est court, mes journées sont longues. Il était l’amour de ma vie, l’amour d’une vie. Je l’aime et je l’aimerais, il m’aimait mais pas assez pour rester. Je pensais que nous étions invincible, que rien ne pouvait nous séparer. Je pensais trop. Aujourd’hui, je dois vivre avec l’abandon constant des personnes que j’aime. Il m’avais promis que je ne serais plus jamais seule. Que restera t-il de moi demain? Je suis seule à présent, seule avec nos souvenirs, notre passé qui me hante chaque jour. Comment vais-je me réveiller demain? Dans quel état serais-je ? Comment je peux continuer sans toi à mes coter. Je n’ai pas de réponse à mes questions. Je n’ai pas les mots pour décrire la profonde tristesse qui m’emporte. Je voudrais me réveiller de ce cauchemar infini. Aujourd’hui mon amour est parti, il a claqué la porte sans se retourner, il a laisser des miettes, il m’a laissé en miette.

Publié dans : texte | le 23 juin, 2019 |Pas de Commentaires »

Lui…

J’écris sans vraiment savoir pourquoi, sûrement par nécessiter, comme un geste inconscient. J’écris pour me délivrer, pour vider mon esprit un peu trop plein. J’écris pour me délester de mes angoisses, des mes peurs, de mes doutes. J’écris pour lui, pour moi. Je crois que ça va faire 3 ans qu’on se connais lui et moi. Une connaissance parmi d’autre, des p’tites confidences sans importance, des mots sans aucune réel valeur, une amitié discrète, des messages de temps en temps, sans obligations d’y répondre à la seconde. Des p’tits bonjours quand on a le temps, quand on a le courage de s’arrêter. Puis une année passe, puis une seconde, des messages pendant l’été, pendants les vacances, des p’tits secret dévoiler, des blagues pour déconné. Puis on a échanger nos numéros, on a commencer à parler de temps en temps, un peu le soir, un peu le matin. Depuis 2 mois,  c’est des messages presque tous les jours, presque tous les matins, presque tous les soir, des messages entre les cours, qu’on se presse de répondre pendant les poses, voir même en cours. Des messages… On se dit ce qu’on fait, on dit a quoi on penses, voila le tours de confidences, des trucs personnel, des p’tits problèmes du quotidiens. Puis un soir, pourtant un soir comme les autres, tu m’a demandé si tu pouvais être franc. J’ai hésité mais j’ai dit oui. J’aurais peut-être pas dus, j’aurais du ne pas répondre, j’aurais du me méfier. Tu m’a avouer l’inavouable, tu m’a avouer ce que je redoutais que tu m’avoue. Malgré ma réponse tu n’a pas arrêter de me parler, tu n’a pas arrêter, tu aurais du  arrêter, tu aurais du t’énerver, tu n’aurais du plus jamais me parler. Mais tu as continué et plus tu continuais plus j’avais des papillons dans le ventre, plus tu me parlais plus j’avais le sourire. Après ça a été les tête à tête, ça a été tes yeux dans les miens, ça à été les sourire a chaque fois que tu me voyait, et mon sourie béa quand je t’apercevais. De jours en jours, d’heure en heure, de seconde en seconde, je succombe, pourtant je ne me laisser pas aller, je refuse de perdre le contrôle de mes sentiment, de perdre le contrôle de tout, je refuse d’être dépendance de toi. Je refuse de t’aimer, car c’est trop compliqué pour moi. Alors je ne céderais pas,non je ne céderais pas, car je refuse d’être aimer.

Publié dans : texte | le 12 décembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Nothing.

Et si rien n’avait de l’importance,si tout ce qui nous entoure n’était que fiction et imaginaire.Et si nos paroles n’atteignaient  jamais leur cible, et si les mots n’était rien que des mots insignifiant. Et si nos corps n’étaient que des âmes démunit de consciences, de paroles, de pensées.. Et si le monde n’était qu’une simple poussière , qu’il ne suffirait de souffler qu’un minuscule souffle pour la désintégrer.Et si nos actes inavoués pouvaient disparaître.Et si tous nos souvenirs pouvaient disparaître,s’évaporer, s’enfuir ailleur qu’ici. Et si nos…Mon passé pouvais s’effacer comme on efface un coup de crayon. Et si ma vie n’était qu’un dessin, qu’un dessin ou chaque parties pourrait être modifier, ou chaque parties pourrait en être effacer,mais si seulement ces parties effacer ne laissaient pas de trace si seulement je pouvais avoir cette force de changer ce dessin , de changer le cour de l’histoire.Et si… Mais il n’y a pas de si, tout ce qui nous entoure n’est point fiction et imaginaire, nos paroles atteignent toujours leur cibles, tous les mots on une importance, nos corps ne sont pas que des âmes vagabonde,le monde n’est pas une poussière il est bien plus que ça,nos actes serons et resterons toujours nos actes, nos souvenir ne peuvent pas disparaître loin de la,notre passé ne fera pas de même,mon dessins sera et restera toujours le même qu’hier et le sera encore demain. Tu ne pourra pas sortir de mes pensées, tu ne pourra pas t’effacer de mes souvenir , car tu es mon unique souvenir. J.

11899593_515159025318994_1698005501_n

 

Publié dans : texte | le 6 septembre, 2015 |Pas de Commentaires »

http://www.wattpad.com/story/34647610-learn-to-live

Publié dans : texte | le 15 mars, 2015 |Pas de Commentaires »

Je n’ai plus de sentiments. Je ne sais plus pleurer.Je ne suis plus qu’un rocher

Cute-lake-pond-vintage-dock-quotes-fashion-water-love-summer-mountains-photography-ocean-sea-pink-Favim.com-796491

Publié dans : texte | le 2 novembre, 2014 |Pas de Commentaires »

NEYMAR. Le meilleur :D

CYMERA_20140623_154311

 

Publié dans : texte | le 23 juin, 2014 |Pas de Commentaires »
12345...19

Le Royaume de Tantikril |
Missives de mon coeur |
J'ai lu avec Elle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | La Cave à Cabraal
| Kiocasino
| le rêve éveillé